|

Appel à contributions: Travailler en salle de lecture à l’ère numérique (séminaire, Rennes 2, 16 mars 2022)

1 Laisser un commentaire sur le paragraphe 1 0 Inspiré de l’oeuvre originale d’Arlette Farge qui évoque le rapport matériel et émotionnel à l’archive, le livre en ligne Le goût de l’archive à l’ère numérique (https://www.gout-numerique.net/) a fait naître le projet CulturHIST (Cultures historiennes, épistémologie et méthodologie de l’histoire à l’ère numérique), dirigé par Caroline Muller (EA Tempora, Rennes 2) et Frédéric Clavert (C2DH, Université du Luxembourg). Ce projet s’intéresse aux pratiques numériques discrètes des historiens et historiennes[1]Muller, Caroline, et Frédéric Clavert. « De la poussière à la lumière bleue ». Signata. Annales des sémiotiques / Annals of Semiotics, no 12, mai 2021. DOI:10.4000/signata.3136.. Entre le rejet de l’outil informatique et l’usage de dispositifs computationnels avancés, la majorité des chercheurs et chercheuses en histoire use de l’ordinateur au quotidien pour des tâches peu visibles qui peuvent cependant conditionner l’ensemble d’une recherche. La journée Travailler en salle de lecture à l’ère numérique propose d’aborder l’un des volets de ce programme : la salle de lecture des archives, devenue l’un des lieux d’exercice de ces pratiques numériques discrètes.

2 Laisser un commentaire sur le paragraphe 2 0 Cette journée s’intéresse à la consultation d’archives via une salle de lecture physique ou virtuelle. Par « salle de lecture », nous entendons tout accès à des archives fourni via une interface (physique ou virtuelle) par une institution ou un tiers : centres d’archives ou de conservation, bibliothèques patrimoniales, associations, entreprises, etc. Nous souhaitons réfléchir à toutes les étapes touchant à la consultation d’un document d’archive en salle de lecture. Du côté de la conception et de la construction des salles de lecture physique ou virtuelles, on pourra par exemple évoquer l’état et le choix d’équipement (station de prise de photographies, luminosité), la perception des publics, le design des sites de consultation ou encore la création des moteurs de recherche pour les salles dématérialisées. Nous aborderons ensuite la question de la consultation, en salle physique ou via une interface numérique. Quels sont les choix des usagers et usagères aux différents moments de leur recherche ? Comment sont manipulés les outils de recherche proposés ? Quels équipements personnels sont mobilisés (ordinateur, scanner, appareil photo, smartphone, etc.) et quel est l’impact sur la gestion de la documentation ? Quels logiciels sont utilisés ? Quelles sont les pratiques d’ordonnancement sur l’ordinateur (ou autre terminal informatique) des prises de vue des documents d’archive ou des notes prises pendant la consultation ? Comment, enfin, les chercheurs et chercheuses pensent-elles leurs pratiques numériques en salle de lecture et leurs effets sur leur méthodologie ?

3 Laisser un commentaire sur le paragraphe 3 0 La journée s’organisera en deux temps.

  • 4 Laisser un commentaire sur le paragraphe 4 0
  • La matinée sera consacrée à des présentations des membres du projet
  • L’après-midi, les chercheurs et chercheuses ayant répondu à cet appel débattront avec les membres de CulturHIST autour d’interventions courtes dont le but sera de nourrir la discussion

5 Laisser un commentaire sur le paragraphe 5 0 Une synthèse de la journée sera ensuite diffusée sur gout-numerique.net.

Calendrier

7 Laisser un commentaire sur le paragraphe 7 0 Le séminaire sera ouvert au public sur inscription, dans le respect des mesures sanitaires, et organisé en mode hybride. La présence à Rennes est néanmoins encouragée pour les intervenants et intervenantes, dont les frais seront pris en charge dans la mesure du possible.

References

References
1 Muller, Caroline, et Frédéric Clavert. « De la poussière à la lumière bleue ». Signata. Annales des sémiotiques / Annals of Semiotics, no 12, mai 2021. DOI:10.4000/signata.3136.

Source :https://gout-numerique.net/1017